Après la diffusion sur internet d’une nouvelle vidéo attestant d’actes barbares perpétrés sur des migrants d’origine subsaharienne en Libye, un groupe armé proche du gouvernement d’union nationale a annoncé avoir arrêté leurs auteurs présumés.

De nouvelles vidéos de torture de migrants en Libye étaient devenues virales sur les réseaux sociaux et, à partir du 21 janvier 2018 sur YouTube. Ce 24 janvier, un groupe armé loyal au gouvernement d’union nationale (GNA) a annoncé l’arrestation des auteurs présumés d’actes de cruauté sur des Soudanais. «Il s’agit d’une bande composée de cinq Libyens et d’un Palestinien […] qui ont torturé huit migrants qui sont actuellement soignés à l’hôpital Ibn Sina [à Syrte]», a précisé sur sa page Facebook ce même groupe armé. L’une des vidéos diffusées sur internet montre des migrants subissant des traitements barbares.

Un homme est notamment ligoté, à plat ventre, tandis que ses bourreaux déversent une matière incandescente sur son dos. Le groupe armé loyal au GNA a précisé que les huit Soudanais avaient été libérés.

Depuis la mise au jour par un reportage de CNN de pratiques d’esclavage qui avait fait réagir jusqu’à Emmanuel Macron, la communauté internationale dispose de la confirmation du fait que la destruction de l’Etat libyen en 2011 a plongé le pays dans l’anomie et le chaos. En l’absence d’Etat capable d’imposer et de faire respecter l’ordre – deux gouvernements rivaux se disputent en effet le pouvoir – milices et factions se partagent le territoire libyen, se livrant souvent à tous les trafics et exactions imaginables.

La Libye, bouchon de l’émigration africaine jusqu’en 2011, est devenue la plaque tournante pour les centaines de milliers de migrants venus de l’Afrique qui tentent de rejoindre l’Europe par la mer Méditerranée.

Tratto da Rt France